Vous souhaitez vous présenter de façon convaincante lors d’un face à face avec un recruteur, d’un rendez-vous de networking ou lors d’une rencontre réseau ? Cette méthode infaillible en 3 étapes vous donne toutes les clés pour réussir un pitch efficace de 2 minutes.

1. Se positionner

La première question qui s’impose est la suivante : Qui suis-je ?

Commencez naturellement par votre nom et votre situation actuelle, avec le sourire. Montrez d’emblée votre enthousiasme !

Votre parcours : vos études, votre formation principale, les expériences que vous avez pu réaliser au cours de ces derniers mois… Ne faites pas une liste d’expériences accumulées (votre CV le fait déjà très bien), mais choisissez deux-trois éléments les plus pertinents pour votre employeur. Vous devez être fier du chemin que vous avez parcouru jusqu’à présent. N’hésitez pas non plus à rajouter des petits détails insolites, des anecdotes (vous avez une passion pour la photographie et vous êtes investis dedans quelques temps ? Une passion qui vous a poussé à aller plus loin dans ce domaine en parallèle ?) : ce sont des éléments qui vont marquer l’employeur, le faire sourire, et vous rendre unique.

Une expérience en particulier : terminez en mettant l’accent sur une expérience qui vous a particulièrement marquée, parce qu’elle vous a beaucoup plu, ou parce qu’elle vous a permis de vous former (ou les deux dans l’idéal). Prenez le temps d’insister sur cette expérience, d’expliquer ce qu’elle vous a apporté et qui vous rend d’autant plus intéressant et qualifié : cela servira d’excellente transition pour la seconde étape.

2. Se définir

Qu’est-ce que je veux faire ? C’est quoi mon expertise ?

Maintenant que votre interlocuteur vous a situé, il vous reste à vous présenter plus en profondeur : qu’est ce qui compte pour vous ? quelles sont vos valeurs, vos envies, vos attentes, votre projet ?

L’expérience précédente vous permettra d’enchaîner sur votre personnalité. Par exemple : cette expérience m’a conforté dans mon souhait de poursuivre…

L’objectif c’est de raconter une histoire dont vous êtes le fil rouge, dans un tout cohérent. Il faut que votre interlocuteur comprenne ce qui vous a mené à être la personne présente devant lui aujourd’hui.

Puis développez vos projets en insistant sur votre motivation, et justifier vos compétences par des exemples précis.

Vos projets : qu’est-ce que vous cherchez exactement, maintenant ? Qu’est-ce que vous espérez par la suite ? Dans quel domaine, quel secteur voulez-vous travailler ?

Votre motivation :  d’où tenez-vous votre enthousiasme ? Expliquez les valeurs qui vous motivent.

Utilisez des mots-clés correspondant au secteur/domaine dans lequel vous souhaitez exercer. Pour cela étudiez la terminologie employée, les missions généralement confiées à ce poste, les qualités qu’il faut avoir, retenez-en quatre ou cinq et conservez-les comme mots-clés avec lesquels vous allez marteler votre discours.

Justifier ces qualités et compétences par des exemples précis, que ce soitun cas sur lequel vous avez travaillé en école, une expérience professionnelle ou, à défaut, une expérience personnelle :

Pour rester le plus concis possible, faites des phrases simples, courtes, et efficaces. Un mot-clé, un exemple significatif, vos résultats à l’appui.

S’il y a eu une reconversion dans votre parcours, pensez à mettre en avant la cohérence de ce changement de vie professionnelle (quelles sont vos compétences transversales, pourquoi avoir bifurqué).

3.   Se démarquer

Pourquoi avoir choisi cette entreprise ? / Pourquoi avoir choisi de rencontrer cette personne / Pourquoi s’intéresser à ce secteur ?

Enfin, se pose maintenant la question la plus importante : Pourquoi je suis là ? Pourquoi avoir postulé ici ? Pourquoi avoir demandé ce rendez-vous réseau ?  Pourquoi être allé à cette soirée de networking ?

L’astuce c’est de mettre en avant la personne en face de soi.

Pourquoi cette entreprise et pas une autre ? Quelles sont mes compétences que je vais pouvoir mettre à profit pour eux ? Quelles sont mes expériences qui vont leur être utiles ? Quelles sont mes qualités auxquelles ils seront sensibles ? Quelles sont les études qui justifient ma place chez eux ?

Démarquez-vous en justifiant pourquoi vous, votre parcours, votre manière de voir, de penser, de travailler peut leur apporter quelque chose. Soyez sûr de vous et expliquez ce qui a motivé votre choix. S’il s’agit d’un rendez-vous réseau ou networking, vous pouvez parler des valeurs du réseau, de l’entreprise ou du secteur que vous visez, de leur actualité, des personnes que vous avez déjà rencontrées, de ce que vous apportera cette rencontre, des défis que vous pouvez relever.

Cette dernière étape doit marquer votre interlocuteur. Dites clairement ce qui vous plaît dans cette entreprise et ce que vous pouvez apporter. C’est le moment de vous imposer.

Enfin, soignez votre chute !

Pensez à terminer votre pitch par une touche un plus détendue, qui fera sourire votre interlocuteur. Gardez pour la fin un sujet plus léger : un hobby, un passe-temps, une expérience de bénévolat, une compétence extra professionnelle, une appartenance à un réseau professionnel, la maitrise d’une langue, etc…Pourvu que celui-ci apporte un plus à votre présentation, qu’il puisse éclairer votre interlocuteur sur votre sens du travail collectif, vos capacités de concentration ou votre autonomie.

Un entretien réussi est un entretien où, à la fin de la journée, votre interlocuteur se souvient de vous, de l’impression que vous lui avez faite. Que ce soit par votre dynamisme, votre volonté de travailler, votre bonne humeur, ou même votre curiosité ou sérieux, imprimez votre marque.

Cela passe aussi par votre attitude : le sourire, le regard droit dans les yeux, l’écoute, le geste des mains pour marquer votre propos, la posture bien droite, la voix claire et affirmée, une tenue vestimentaire adaptée. Soyez courtois et naturel… 93% de ce qui est retenu par votre interlocuteur est de l’ordre du non verbal, c’est-à-dire votre posture, votre intonation et votre gestuelle.  Les mots ne représentent donc que 7% de ce qui sera mémorisé. Pensez à poser votre voix, les silences sont importants pour rythmer votre discours.

Vous devez être clair, synthétique, structuré convaincant et motivé !

En termes de timing, si vous devez vous présenter en deux minutes par exemple, vous pouvez compter :

  • 1ère étape : 30 secondes pour se positionner
  • 2e étape : 1 minute pour se définir
  • 3e étape : 30 secondes pour se démarquer

Gardez en tête que l’assurance rassure, il est donc important de vous entraîner pour ce pitch. L’idéal c’est que vous preniez du plaisir à parler de vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *