Faire de l’aléa une opportunité (une possibilité de grandir) titrait il y a peu l’ADN. Aujourd’hui, après 2 semaines de confinement, chacun commence à prendre ses marques avec les mesures d’isolement, le télétravail (ou pas), la gestion des enfants à la maison (ou pas), bref avec un nouveau mode de vie.

Cette crise, puisqu’il s’agit bien d’une crise, nous oblige à faire différemment. « Le mot « crise » en Chinois est représenté par deux idéogrammes qui signifient danger et opportunité. Il y a toujours dans une crise la possibilité de changer, de s’ouvrir à autre chose, d’en comprendre les causes et d’essayer d’en tirer les conséquences. Elle peut être une prise de conscience qui nous permet de vivre autrement, tant au niveau individuel que collectif. » annonce le sociologue Frédéric Lenoir dans une interview donnée à Ouest France le 29 mars dernier.

Plusieurs tendances se dessinent sur la façon que chacun a de voir et de faire avec la crise. Winston Churchill disait : « un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l’opportunité dans chaque difficulté. » Voici quelques pistes glanées inspirantes ça et là.

Redéfinir ses priorités

Finalement cette crise est une parenthèse inattendue. Pourquoi ne pas s’accorder parfois de vivre simplement l’instant présent : couper son téléphone, profiter vraiment des moments partagés en famille, alors que d’habitude on court tout le temps, prendre le temps d’observer l’arrivée du printemps, les feuilles vert tendre qui poussent, les bourgeons qui s’ouvrent et s’épanouissent, un merle qui siffle, visiter virtuellement des musées où l’on a toujours rêvé d’aller, écouter des concerts, …

La redéfinition de nos priorités peut également passer par une meilleure gestion de notre charge mentale, une meilleure gestion du stress, travailler à un équilibre pertinent vie pro/vie perso,..

Le confinement peut légitimer un travail sur l’amélioration de son rapport aux autres par l’assertivité ou la CNV (Communication Non Violence) : savoir exprimer ce que l’on pense et ce que l’on ressent, à la fois dans le respect de soi-même, mais également dans le respect de l’autre. Savoir communiquer de façon respectueuse, c’est l’un des enjeux majeurs des décennies à venir, dans la sphère privée, comme professionnelle. http://rncoaching.fr/communiquer-avec-bienveillance-grace-a-la-cnv/

Se poser les bonnes questions professionnellement

D’un point de vue professionnel, cette période peut être celle d’un bilan bienvenu : où en suis-je de mon parcours professionnel ? quels sont mes rêves ? me suis-je réalisé ? de quoi aurais-je envie aujourd’hui ? Il est peut être temps d’envisager un bilan de compétences. Le bilan de compétences est une opportunité unique de rassembler expérience professionnelle et projet personnel. Il donne sens et cohérence à un projet de vie, il renforce la motivation et l’implication de la personne dans son parcours. Le processus se déroule en 24h (dont une partie de travail personnel) sur une période de 3 mois et permet de faire une pause pour prendre du recul sur l’ensemble de son parcours, afin de se poser les bonnes questions. Les raisons pour entreprendre une démarche de bilan sont nombreuses : faire un point après un licenciement ou un départ, un souhait d’évolution au sein de l’entreprise, si l’on s’interroge sur sa carrière, si l’on souhaite se réorienter, si l’on ne trouve plus de motivation dans son poste actuel, si l’on souhaite trouver un emploi qui nous correspond mieux ou redonner du sens à son parcours. Pour en savoir plus : http://rncoaching.fr/pourquoi-choisir-un-coach-pour-faire-son-bilan-de-competences/

L’APEC propose également toute une palette de services en ligne pour retravailler son CV, préparer un entretien, et plein de conseils judicieux. www.welcome to the jungle.com le guide de l’emploi s’est également adapté pour offrir encore plus de posdcasts, videos et articles pertinents face à la conjoncture.

Se former

Cet « arrêt sur image » peut également vous permettre d’entreprendre une formation…en ligne. Là aussi l’offre s’est adaptée à la conjoncture : les webinaires, les tutos sur youtube, les MOOCs pour développer ses compétences en ligne : https://www.my-mooc.com/fr/ propose ainsi plus d’une centaine de thématiques, avec certification, payante (ou non), http://www.moocfrancais.fr/ a publié un Comparatif des meilleurs MOOC français en ligne 2020 ou encorehttps://www.blogdumoderateur.com/formation-gratuitement/présente quant à lui 15 sites pour se former en ligne gratuitement et enfin le site eworks titrait le 24 mars dernier :  Covid-19 : liste des 5 meilleures plateformes gratuites de cours & formations en ligne / e-learning. Chacun peut également se pencher sur son compte formation et choisir une formation à distance éligible.

Prendre du temps pour soi

Sur la toile, bon nombre d’internautes nous invitent à la réflexion en citant des philosophes, des sociologues et experts en développement personnel : interview de Frédéric Lenoir sur Ouest France, entretien de Boris Cyrulnik sur France Inter , de Jean Viard sur France Info , etc… proposant de se saisir de cette opportunité pour une introspection personnelle.

Aujourd’hui, le confinement imposé nous permet de se poser et de réfléchir sur nous mêmes. Cette période peut être vue comme une « pause » qui permet de prendre du temps pour soi, temps que l’on ne prend pas, engoncé habituellement dans un rituel quotidien personnel/professionnel qui laisse peu de place à l’introspection.

Qu’est ce que je souhaiterais changer en moi ? Sur quoi voudrais-je voir porter mes améliorations ? Ce que je veux ? Ce que je ne veux plus ? etc…

C’est alors l’occasion de se pencher sur des ouvrages, des blogs de développement personnel, de psychologie, voici quelques exemples.

La blogueuse voyage »curieuse voyageuse », alias Aurélie Croiziers de Lacvivier dans la vraie vie a choisi de publier plusieurs articles sur ce que lui inspire le confinement offrant de multiples liens vers des sites incitant à la réflexion : https://www.curieusevoyageuse.com/confinement-rester-chez-soi/

Le site https://www.psycholgies.com propose quotidiennement des conseils et des bonnes ondes pour bien vivre le confinement : https://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Epanouissement/Articles-et-Dossiers/Le-bonheur-est-aussi-a-l-interieur/Evaluer-les-roles-de-notre-vie

Pourquoi ne pas envisager de nouvelles activités artistiques, sportives, de méditation, de yoga, pilates, cardio, renforcement musculaire, etc…là encore de nombreuses solutions digitales gratuites se développent sur la toile. Profitez en pour faire du sport à la maison, tout est accessible depuis votre salon !

Cela peut également être l’occasion de décider d’entreprendre un processus de coaching pour se dépasser, levers ses blocages, développer sa confiance en soi, apprendre à dire non… de nombreuses propositions fleurissent sur la toile et les coachs rivalisent pour offrir une ou plusieurs séances gratuites afin de vous encourager à vous lancer.

Partager, donner, engager des actions solidaires

Cette pause inattendue est aussi l’occasion de vous intéresser à de qui vous tient à cœur et de se tourner vers l’Autre : mettre en place des initiatives solidaires : faire les courses pour une(e) voisin(e) âgé ou malade, proposer vos talents en ligne grâce à des séances gratuites de découverte : arts plastiques, bricolage, couture, organiser des actions à l’échelle de votre quartier, etc… Pourquoi ne pas aller prêter main forte aux agriculteurs étranglés par cette crise, et dont la période de récolte va débuter avec une pénurie de travailleurs étrangers (si votre emploi du temps le permet), etc…

Betterfly Tourisma réfléchi à comment accompagner au mieux le secteur hôtelier dans ce moment difficile. Leurs équipes offrent gratuitement à tous les hôtels qui le souhaitent un accès à leur logiciel Winggy®et à un programme de webinaires pour préparer l’obtention d’une étiquette environnementale (https://lnkd.in/d2VyzPN) pour mesurer l’impact de votre activité et mettre en place des actions d’optimisation dès leur ré-ouverture.

L’AJT, association des journalistes du tourisme encourage les initiatives solidaires des territoires en remettant un label attribué à différents acteurs, concepts, objets liés à un tourisme bien compris et au voyage. Ainsi, leur tout premier label a été décerné à l’AaDT Béarn-Pyrénées-Pays Basque : pour son opération « Le Repos des Héros », qui consiste à accueillir gratuitement 200 soignants impliqués dans la lutte contre le virus Covid-19 :  https://www.tourisme64.com/le-repos-des-heros/

Cette période de crise va nous en apprendre beaucoup sur nous-mêmes et notamment sur le besoin d’être en lien avec les autres. Ce besoin de solidarité et d’empathie qui s’exprime massivement aujourd’hui, trouvera, espérons le, un écho durable dans l’après confinement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *